Loi Bachelot sur le vin

Les responsables de la filière viticole bordelaise et des élus ont fait front commun vendredi à Bordeaux contre la "logique prohibitionniste" du volet lutte contre l'alcoolisme du projet de loi "Hôpital et santé" menaçant d'une "mobilisation générale" en cas d'adoption.
"Nous n'accepterons pas que le vin soit mis au ban de la société", a prévenu au cours d'une conférence de presse Laurent Gapenne, président de la fédération des grands vins de Bordeaux (FGVB).
"Si les dispositions litigieuses étaient adoptées, nous appellerions à une mobilisation générale et nous nous opposerions par tout moyen à leur mise en oeuvre", a-t-il ajouté au côté de parlementaires de tous bords.
"Le projet de loi (...) restreint fortement l'usage d'internet", a-t-il souligné, ajoutant qu'il "contient en outre "une disposition, l'article 24, qui interdit toute dégustation gratuite ou vente au forfait".
Selon M. Gapenne le projet de loi interdit "de fait la publicité autour du vin sur les moteurs de recherche, portails et sites touristiques, les sites de presse, ou les sites réservés à la gastronomie".
Une telle interdiction bénéficierait "indirectement à l'ensemble de nos concurrents" étrangers, a-t-il ajouté, dénonçant une "politique néo prohibitionniste poursuivie depuis plusieurs années par le ministère de la Santé".
Selon les parlementaires présents, dont les députés UMP Jean-Paul Garraud et PS Michèle Delaunay, le volet "lutte contre l'alcoolisme" du projet de loi "Hôpital, patients, santé et territoires", devrait être examiné à partir du milieu de la semaine prochaine par l'Assemblée nationale.
"Il faut bien que le gouvernement comprenne que nous sommes à un point de rupture", a estimé M. Garraud reprochant au texte une "formulation trop générale" qui "pour des juristes mal intentionnés pourrait amener à interdire les foires viticoles" par exemple.

 

Source Journal du Vin

2 commentaires - aucun rétrolien

Loi anti presse vinique : suite mais pas fin !

Auchandirect web vient de décider d'annuler ses publicités online lors de la prochaine foire aux vins.

A l'approche des foires aux vins de la rentrée, Auchandirect avait prévu une grande campagne publicitaire online. Mais depuis l'interdiction de la publicité pour l'alcool en ligne, le cybermarché a visiblement décidé de faire machine arrière. Auchandirect aurait en effet purement et simplement annulé sa campagne. Avant le supermarché en ligne, d'autres acteurs ont également préféré éviter les poursuites pour publicité interdite. En mai dernier, Microsoft France a officiellement décidé de ne plus diffuser de publicités pour des boissons alcoolisées sur son réseau de search adCenter. (www.journaldunet.com)

 

Dans le même esprit, le Sénat a refusé la proposition du sénateur Gérard César, viticulteur en, Gironde, d’autoriser la promotion du vin sur Internet. Là encore, un bel imbroglio juridique est en cours, car toutes les grandes marques d’alcool inondent les journaux de leurs publicités.

La question mérite d'être posée :

Est-il encore possible de parler du vin en France ?

Pourquoi le vin se retrouve t'il ainsi diabolisé? Les premix innondent le marché des boissons pour adolescents avec les dégâts d'alcoolisation à outrance que l'on connait, les marques d'alcools forts (whisky, vodka,...) organisent des soirées publicitaires dans de nombreuses boîtes de nuits ou lors d'évènements (féria de Nîmes,...) en incitant à la consommation sans que le gouvernement ne s'en inquiète.

Le vin est en train de mourir devant le dictat protecteur des bien-pensants.

N'oubliez pas : Mangez au moins 5 fruits par jour, Ne buvez pas plus de 2 verres de vin, fumer nuit gravement à votre santé, faites du sport mais pas trop, ...

Et puis pendant ce temps là, on autorise le Red Bull qui était jusqu'à présent déclaré nocif pour la santé !!! Va comprendre Charles !!

 

4 commentaires - aucun rétrolien

Loi anti-presse vinique suite ...

Dépêche AFP du jour :

 

PARIS (AP) -- Le ministre de l'Agriculture Michel Barnier a annoncé vendredi la création d'un groupe de travail destiné à réfléchir sur le statut de la publicité pour le vin sur Internet, alors que certains sites de promotion ont été condamnés récemment par la justice.

La loi Evin interdisant la publicité pour l'alcool datant de 1991, elle ne prévoyait pas le cas d'Internet. Dans deux décisions datant de janvier et février 2008, la justice a néanmoins estimé que la publicité pour l'alcool était également interdite sur le Web.

Des décisions contestées par les viticulteurs, pour qui cela reviendrait à imposer la fermeture de tous les sites en ligne qui évoquent un cépage, une appellation, voire un territoire.

L'Association générale des entreprises vinicoles (AGEV) a ainsi dénoncé vendredi dans un communiqué «l'incertitude juridique qui pèse sur nos produits depuis les jugements mettant en cause les sites internet consacrés à nos produits».

«Il n'est pas possible de parler de conquête de marchés, de compétitivité, si dans le même temps nous n'avons plus accès aux moyens de communication les plus modernes», estime Pierre Menez, président de l'AGEV. «On nous pousse à des attitudes extrêmes en ne remédiant pas rapidement à l'iniquité de cette situation et alors que toute notre filière s'est résolument engagée dans une démarche responsable sur la consommation modérée de nos produits».

La FNSEA a aussi demandé que le gouvernement «clarifie la législation en matière de publicité du vin, notamment sur Internet».

«Je souhaite qu'on avance» sur ce sujet, a déclaré vendredi Michel Barnier. Dès lors, «nous sommes convenus que, très immédiatement, dès la semaine prochaine sera mis en place un groupe de travail».

Il devra «aboutir très vite à des propositions d'ordre législatif», qui seront soumises au Parlement «le plus tôt possible», a ajouté le ministre. Il ne s'agit pas de «remettre en cause l'économie générale de la loi Evin», mais «simplement de vivre avec son temps», a-t-il souhaité. AP

 Bonne ou mauvaise nouvelle ????

aucun commentaire - aucun rétrolien

Pour la liberté de la presse vinique

 Du Nouveau sur le front du lobby anti-presse vinique :

La régie publicitaire de Microsoft (MSN, live search, etc...) cesse définitivement la diffusion de "publicité promouvant et/ou facilitant la vente d'alcool" sur Internet,
interrompant ses contrats avec les acteurs de la filière (distributeurs, cavistes en ligne, vignerons...)

Je vous redonne le lien pour signer la pétition :

http://www.findawine.com/soutenirlevin/

 

aucun commentaire - aucun rétrolien

Uniformisation du goût : merci l'INAO !

A quoi sert l'INAO (Institut National des Appellations d'Origine) ?

A défendre un terroir, un patrimoine, une authenticité, une qualité.

De ce fait elle est le seul organisme pouvant décerner les agréments et à "distribuer" les AOC.

Combien de fois j'ai ouvert une bouteille estampillée AOC (qui devrait être gage d'un minimum de qualité) pour me retrouver avec une piquette monumentale et qui pourrait, au mieux, servir à un fond de sauce.

Marcel Richaud, vigneron bien connu de Cairanne, vient de voir son primeur être refusé à l'agrément. Motif : atypicité du vin et caractère non primeur.

Et ce n'est malheureusement pas le premier vigneron qui fait les frais des "experts" de l'INAO .

Mais alors que veut l'INAO ?

Continuer à voir des vins sortir des grosses "winery" avec l'AOC collée au cul, représentant ce qu'une appellation produit de pire ?

ou voir ses AOC tirées vers le haut grâce à des vignerons travaillant leurs vins et obtenant une qualité au dessus de la moyenne de l'AOC ?

Bref, le déclin de certains vins n'est pas prêt de s'arrêter malgré les efforts d'amoureux du vin que l'on veut obliger à standardiser leur production.

 

2 commentaires - aucun rétrolien

Journalisme vineux et publicité: non à l'amalgame!

Nouveau coup de gueule !!!!!!!!!!

Et cette fois-ci contre le tout repressif ambiant qui mène à de belles absurdités.

Jugez :

Injuste et dangereuse. C'est ainsi que la FIJEV considère la décision rendue par le Tribunal de Grande instance de Paris, qui, dans le cadre d'une plainte déposée par l'Association Nationale pour la Prévention en Alcoologie et Addictologie contre Le Parisien, assimile les articles sur le vin à de la publicité. Et stipule qu'en France, dorénavant, ces articles devront porter la mention obligatoire en matière de publicité sur les produits alcooliques en France: "L'abus d'alcool est dangereux pour la santé".

Nous réfutons énergiquement l'analyse du tribunal qui accorde crédit aux affirmations de l'Association pour la Prévention de l'Alcoolisme et des Addictions: "Toute communication en faveur d'une boisson alcoolisée, telle qu'une série d'articles en faveur du Champagne, constitue de la publicité et tombe donc sous le coup du code de la santé publique".

Notre métier n'est pas de faire vendre. Nous ne faisons pas de la "communication", ni de la réclame, nous informons. Nous participons à l'éducation à la qualité, nous ne poussons pas à la consommation.

Cette décision de justice doit être révisée. Aidez-nous en ce sens.
Nous attendons vos messages. Une pétition serait un premier pas, en attendant une constitution de partie civile dans un procès en appel. Nous devons soutenir nos confrères du Parisien, non par esprit de corps ou intérêt (nous n'en avons guère en la matière), mais parce que cette cause est juste.


Hervé LALAU
Secrétaire Général
FIJEV

 Information tirée du très bon blog In Vino Veritas.

A quand l'interdiction de la vino-blogosphère sous pretexte d'incitation à l'acoolisme ??????

Dès la pétition publiée, je la mettrais en ligne sur le blog.

En tout cas pour moi c'est :

PIQUETTE du MOIS !!!!!!!!!!!!!!

aucun commentaire - aucun rétrolien

Gigantis 2005 Vignerons du Mont Ventoux

Cela faisait un petit moment que je voulais créer cette rubrique, tant certains vins me déçoivent. Le but n'est pas de recenser les "bouses monumentales" de certains destructeurs du vin (il y en aurait trop) mais de pousser des coups de gueules lorsque cela est nécessaire.

Pour commencer donc ce billet doux-amer, je vous ai sélectionné un vin qui avait l'air prometteur, voici l'éloge faite par les Vignerons du Mont Ventoux (Cave Coop de Bédoin 84) :

Avec GIGANTIS 2004, Les Vignerons du Mont Ventoux démontrent au monde que leur terroir a la capacité de produire de grands vins.

Vinifié sur les conseils de Michel Tardieu qui a déjà sorti quelques belles choses (des moins bonnes aussi). 

Ni une, ni deux je passe à la cave prendre une bouteille histoire de découvrir cette merveille.

Je passe sur les déplorables compétences vinicoles de l'hôtesse de la cave et en profite pour prendre quelques autres bouteilles.

De retour chez moi et dans la joie d'une bonne découverte, je débouche la bête !

D'ailleurs voici la bête :

J'ai oublié de vous préciser que j'ai acheté le 2005 (14 € quand même) le 2004 étant encore disponible au prix de 16 € ( !!!!!!!!?????)

Ca y est je le déguste ! Et beh, tant d'éloges pour si peu !

Ce n'est pas que le vin est mal fait mais aucune âme, aucun plaisir, aucune surprise, aucune gourmandise , bref rien.

14 € pour .... rien ! Alors je me demande, pourquoi jouer sa réputation sur ce vin ? Si cette cave coopérative nous a sorti là sa meilleure cuvée, et un soit-disant "grand vin", je me dis que les vrais vignerons des Côtes du Ventoux (et il y en a qui eux sortent de grands vins pour moins cher !) doivent avoir peur pour leur réputation.

Bref, pour résumer ce vin je dirais : Déception !

 

 

4 commentaires - aucun rétrolien

Créer un blog sur MaBulle. | C.G.U. - Copyright